| A la Une | Actualités | Communiqués | santé

Annonces sur la pollution : trop peu, trop tard. Les écologistes veulent protéger la population.

La ministre de l’Environnement a enfin annoncé quelques mesures pour répondre au plus long pic de pollution de la décennie qui touche en particulier les agglomérations parisienne et lyonnaise.

Europe Écologie Les Verts accueille avec satisfaction des mesures comme la pastille qui vont dans le bon sens mais qui viennent bien tard et ne s’attaquent pas véritablement au problème.

La pollution fait 130 morts par jour en France et réduit jusqu’à deux ans l’espérance de vie. Aussi faut-il agir rapidement en cas de pic de pollution aux particules fines. Pour les écologistes, il est tout simplement insupportable qu’il ait fallu tant de temps avant la mise en place de la circulation alternée quand la qualité de l’air fait courir des risques accrus à la population.

Au-delà de l’urgence, il faut agir en amont pour réduire les sources de pollution.

Il est temps de sortir du diesel : en aidant massivement les automobilistes à s’équiper en véhicules propres, nous pouvons développer un marché pour les constructeurs automobiles aujourd’hui enferrés dans une technologie du passé dont il est temps de tourner la page. Le soutien au vélo et aux transports collectifs, notamment via la mise en place de la taxe poids lourds, est également essentiel.

Les écologistes proposent également un vaste chantier de rénovation thermique des bâtiments les moins bien isolés et de remplacement des appareils de chauffage anciens : c’est ainsi que nous pourrons faire baisser les factures des ménages, développer l’emploi local non délocalisable et réduire la pollution et les émissions de gaz à effets de serre et de particules fines.

Enfin, l’agriculture doit changer de modèle. Les épandages aériens d’engrais chimique et de pesticides sont responsables d’une part croissante des particules fines et pourraient valoir à la France de nouvelles condamnations pour non-respect de la directive sur l’air. Les préfets doivent refuser les dérogations et les aides à la conversion à la bio doivent être renforcées pour permettre une transition vers l’agro-écologie, plus rémunératrice pour les agriculteurs et meilleure pour la santé de toutes et tous.

Julien Bayou et Sandra Regol, porte-parole nationaux