| A la Une | Actualités | Communiqués

Libérez les prisonniers politiques catalans !

Une démocratie ne fonctionne pas en emprisonnant les opposant-e-s au pouvoir en place. L’incarcération de huit ministres catalans est un coup porté à la démocratie espagnole.

Europe Écologie Les Verts demande la libération des anciens ministres et des leaders associatifs Jordi Cuixart et Jordi Sànchez et dénonce l’utilisation de l’article 155. Pour les écologistes, ces inculpations sont avant tout des poursuites politiques, sous couvert de respect de la Constitution espagnole. Le gouvernement régional catalan a été élu démocratiquement et c’est aux Catalan-e-s de décider s’ils souhaitent le démettre ou le prolonger. Après avoir interdit un référendum qui aurait pu trancher démocratiquement la question de l’indépendance, en l’approuvant ou la refusant, le pouvoir central procède à des arrestations anti-démocratiques.

Le respect des minorités, le respect des changements de majorité, le respect du débat, font partie de ce qui différencie un fonctionnement autoritaire d’un fonctionnement démocratique. L’arrestation des leaders du gouvernement catalan flirte dangereusement avec la limite qui sépare ces deux catégories de régimes.

Europe Écologie Les Verts appelle les dirigeant-e-s de l’Union européenne à agir pour la libération immédiate des prisonniers. L’Union européenne revendique des valeurs et donne parfois des leçons à d’autres États, mais est bien incapable de respecter ou de faire respecter les libertés fondamentales sur son propre territoire. Il est temps qu’elle sorte de sa torpeur pour venir en aide à la démocratie en Espagne : le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et le droit au débat démocratique doivent être une réalité en Europe.

Europe Écologie Les Verts souhaite que toutes les Catalanes et tous les Catalans puissent librement voter lors des élections anticipées du 21 décembre, dans le cadre d’un scrutin légitime reconnu par tous-tes, après un débat digne d’une démocratie européenne.

Julien Bayou et Sandra Regol, porte-parole nationaux