| A la Une | Actualités | Communiqués

Maintien de Fillon: le symptôme d’une démocratie malade

Ce mercredi midi François Fillon, candidat de la droite à l’élection présidentielle, s’exprimait en urgence pour répondre à l’annonce de sa mise en examen dans le cadre de l’affaire de l’emploi fictif de son épouse. Contrairement à l’engagement pris devant les Français-es, François Fillon annonce son maintien. Un parjure avant même l’élection qui scandalise les écologistes.

De quoi l’indécent maintien de Fillon est-il le nom ? De la déliquescence d’une classe politique française enfermée dans le confort de son entre-soi. Élu depuis plus de 40 ans, François Fillon représente l’échec du renouvellement de la vie politique française, son absence de diversité et son manque de parité. Les politiques ne sont pas les chef-fe-s de la France mais des délégué-e-s de la population, dévolus au respect des biens communs et réunis autour de notre devise « Liberté, Égalité, Fraternité ».

Le déni d’éthique de François Fillon est indécent. Il salit l’honneur de notre démocratie et dénature la valeur de la parole donnée. Il est également une insulte pour les militant-e-s LR dont l’engagement est trahi par son comportement. EELV dénonce sa défense qui consiste, à l’instar de Marine Le Pen confrontée au même type d’affaire de détournement d’argent public, à utiliser sa position pour  attaquer une justice et des médias qui ne font que leur travail.

Plus que jamais, il est temps de rénover le statut des élu-e-s. Le cumul, des postes et dans le temps, confère à certain-es un sentiment d’immunité qui s’oppose au devoir d’exemplarité des politiques. Dans une démocratie qui respecte ses citoyen-ne-s, aucun Fillon, aucune Le Pen, ne pourrait cumuler ainsi les postes et capitaliser sur un pouvoir d’influence qui ouvre la porte à ces conflits d’intérêts. Il est temps de rénover le fonctionnement de cette Ve République à bout de souffle en passant à une VIe République plus éthique, plus transparente et plus inclusive.

Ce projet, c’est celui de la constituante que nous nous engageons à faire passer dès la première partie du mandat en cas d’élection au pouvoir du rassemblement auquel nous participons et qui est porté par Benoît Hamon. Un projet sur lequel nous aurons le soutien de Jean-Luc Mélenchon et de la France Insoumise. Ensemble, nous pouvons changer la politique et faire gagner le peuple. Il est temps d’agir.

Julien Bayou, Sandra Regol, porte-parole nationaux