3. Lutter contre les discriminations et promouvoir une identité positive

– Les discriminations en tout genre, le sentiment d’être rejeté et l’absence de perspectives peuvent constituer un terreau favorable à la réception des discours radicaux.

– Il faut lutter contre le racisme et l’islamophobie ; l’État doit donner l’exemple avec une fonction publique et une police ouvertes à la diversité culturelle.

– Nous devons renforcer la lutte contre tous les messages de haine, en particulier à travers les réseaux sociaux (via la responsabilité des hébergeurs).

– Nous devons faire de l’école un lieu stratégique de prévention du radicalisme et agir sur les inégalités scolaires. Le rôle de l’enseignement et de l’école est fondamental dans l’apprentissage de la distinction entre le registre du savoir et celui de la foi. L’école doit « désintriquer sans cesse, dans l’acte d’enseigner lui-même, ce qui relève du savoir stabilisé […] des croyances religieuses, qui relèvent du domaine privé et ne doivent pas empiéter sur la sphère publique » (Philippe Meirieu).

– Nous devons mettre un terme aux contrôles au faciès et introduire la délivrance, par les forces de police, d’un récépissé aux personnes contrôlées.

– En garde à vue : présence obligatoire d’un avocat, d’un interprète, et d’un médecin pour les 16-18 ans.

Je veux
être tenu-e informé-e