| Communiqués

Disparition de la moitié des animaux sauvages : où est passée la loi biodiversité ?

Europe Ecologie – Les Verts tire la sonnette d’alarme après la publication d’études préoccupantes sur les conséquences des activités humaines sur la biosphère et le réchauffement climatique. Qu’attend l’exécutif pour inscrire la loi biodiversité à l’ordre du jour?

Hier lundi 29 septembre, un collège d’experts internationaux a prouvé le lien clair et irréfutable de la responsabilité de l’activité humaine sur les événements climatiques extrêmes (vagues de chaleur, pluies torrentielles, inondations..).

Aujourd’hui, mardi 30 septembre, le rapport de l’organisation non-gouvernementale WWF éclaire une nouvelle fois les conséquences dramatiques des activités humaines sur le monde animal en particulier : la moitié des animaux sauvages a disparu en 40 ans. Les espèces d’eau douce sont les plus durement touchés, avec une diminution de leur population de 76%. En cause : la déforestation massive, l’urbanisation, la pollution, l’agriculture intensive, tous inhérents à l’activité humaine.

En outre, le rapport rappelle que l’humanité vit à crédit et consomme plus de ressources que la Terre n’est en capacité d’en produire. L’humanité utilise de nos jours l’équivalent d’une planète et demie pour vivre.

Face à ce défi de civilisation, la France n’est pas en reste. Elle se classe en 23ème position mondiale avec une empreinte écologique par habitant trois fois supérieure à ce qui est supportable pour la planète, notamment à travers une surconsommation d’énergies fossiles. En accueillant et présidant la COP 21 à Paris fin 2015, elle se doit de montrer l’exemple en matière environnementale et d’impulser un sursaut politique indispensable pour sauver la planète.

Europe Ecologie – Les Verts appelle a faire enfin du réchauffement climatique une cause nationale et internationale prioritaire dont l’enjeu dépasse très largement les intérêts particuliers et les égoïsmes nationaux. Les écologistes en appellent également au Premier ministre et au président de la République pour préciser le calendrier parlementaire de la loi Biodiversité.

EELV dénonce l’attentisme actuel sur les questions environnementales et craignent un enterrement de première classe de la loi Biodiversité qui constituerait une nouvelle preuve d’irresponsabilité face à l’urgence écologique et à la gravité de la situation.

 

Europe Ecologie-Les Verts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je veux
être tenu-e informé-e