| Newsletter

Intervention d’Eva Sas sur le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2013

Intervention d’Eva Sas le 3 octobre 2012, lors de la première lecture du projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2013.

Une réflexion au sujet de “Intervention d’Eva Sas sur le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2013

  1. Madame Eva SAS,
    J ai trouve votre analyse bien claire et précise. Je vous félicite de cette faculté d analyser correctement le fait.
    Mais la critique ci-belle soit elle, n apporte rien à la résolution des problèmes. Il faut la synthèse, pour avoir le mot de la fin, dire comment faire, pour trouver des emplois, pour le chômage qui augmentent de mois en mois. L innovation est une fumisterie de au niveau, qui fait rire nos pays riverains.
    J ai mainte-fois fait une proposition à votre parti. Proposition qui est restée dans le plus parfait des conventions de fin de non recevoir !
    Pour vous dire qu il faut changer totalement de fiscalité en introduisant dans le taux d impôt des sociétés, le rapport (capital/ forces de travail)de la société impôsée. En termes clair, il s agit de mettre comme régulateur d impôt le rapport (valeur ajoutée /charges sociales patronales) le tout centré sur les rapports de l ensemble des sociétés françaises et pondéré pour obtenir la masse, des impôts (IS), actuelle.
    A cela vous n ayez fait aucune analyse. Pourtant nous pouvons constater, que l employeur dans ce cas peut payer une partie de ses impôts par une embauche supplémentaire ou une augmentation de salaire.
    Et que les petites entreprises, qui ont un personnel supérieur aux grosses entreprises paieraient moins d impôt.
    Que la fraude fiscale aurait pour finalité une augmentation d impôt, car elle paie moins de charges sociales.
    Que par ce truchement les salaires seraient augmentés dans les sociétés qui peuvent le permettre et les impôts sur le revenu des citoyens augmenteraient, car la précarité de ce fait va diminuer.
    Nous aurions dans ce cas un alignement entre le PIB et l emploi, ce qui est le cas d une économie fermée. Nous pouvons dire que par cette modification, nous pouvons retrouver les critères que l on avait lorsque l économie était fermée.
    La délocalisation des entreprises dans ce cas va se trouver en difficulté, car pour vendre dans notre pays dans cette application, ils doivent payer l impôt le plus fort, car ils n auront point payé de charges sociales patronales ou ils devront embaucher pour vendre ce qu ils ont fabriqué avec de la main-d’œuvre à bon marché exploitée.
    Voila ce que je pense, c est que votre discourt, est bien débattu, mais que devant cela rien nous dit comment faire pour en sortir ?
    Devons nous tous périr dans la pire des précarités. L écologie commence lorsque l on peut consommer, car lorsque l on a rien on prend ce que l on trouve quel en soit les méfaits. La faim justifie les moyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je veux
être tenu-e informé-e