| europe | Newsletter

Italie : l’indécision ?

Il est possible que l ‘élection du nouveau Pape, qui doit intervenir le mois prochain à Rome, soit plus facile à interpréter que les législatives qui ont eu lieu lundi et mardi dans la Péninsule.
Nous aurions aimé pouvoir dire que l’Italie basculait à gauche, et que François Hollande se sentirait un peu moins seul dans les prochains sommets européens.
Mais le compte n y est pas ; la coalition dirigée par Pierluigi Bersani du Parti Démocrate devance certes d’un petit point celle de Berlusconi.  Dans une loi électorale aussi ubuesque qu’inique, ceci  lui permet d’avoir la majorité absolue à la Chambre des Députés, mais ne lui assure pas le contrôle du Sénat où la droite arrive en tête en nombre d’élus, et cela bien que la gauche soit en tête en nombre de voix. En effet, grâce à un scrutin complexe, la gauche remporte 97 sièges, avec 31,63 % des voix, contre 110 à la droite, bien que si celle-ci n’obtienne que 30,71 % des voix.
Le maintien à un haut niveau de Berlusconi ne peut qu’interroger ceux qui connaissent le bilan économique, social et moral désastreux de ses dix ans de gouvernement. Mais la fidélité de la classe entrepreneuriale du Nord du pays, le maintien du systéme clientélaire dans le Sud lui assurent sa base sociale, et le coup de pouce d’une partie des médias fait le reste.
Plus présentable au plan éthique, Monti est assimilé à la purge austéritaire que vit le pays depuis un an ; c’est la raison de la sanction qu’il a subie. Avec ses 10 %, il n’est même pas certain de peser sur la formation du nouveau gouvernement.
Le Parti Démocrate, vainqueur apparent du scrutin, est l’héritier d’une longue histoire, fruit de la rencontre tardive de l’ex Parti Communiste Italien et de secteurs de la démocratie chrétienne. Il est en dialogue avec tous les secteurs de la sociéte, et sait d’expérience que la gauche n’a jamais été majoritaire en Italie. On ne saurait dans ce contexte complètement lui reprocher sa prudence, sur les sujets économiques et sociétaux. Mais sa campagne a été jugée ennuyeuse, et il a visiblement ignoré la percée spectaculaire du Mouvement 5 étoiles du comique Beppe Grillo. Il est difficile d’être à l’aise avec ce que la démagogie et le populisme produisent dans le débat politique. C’est aux antipodes du parler vrai, des alertes raisonnées que nous pensons devoir envoyer à la société.
Mais si cet histrion peut se prévaloir de 20 à 25 % du vote des Italiens, parmi ses électeurs, 40 % viennent de la gauche, 10 % de la droite, le reste étant sans affiliation. On peut donc émettre l’hypothèse qu’un secteur de l’opinion a voulu exprimé sa fatigue du système politique. Le Parti Démocrate a cru se réformer en systématisant le processus des primaires ; c était une bonne idée mais insuffisante. Les questions du renouvellement de la classe politque, de son rajeunissement, de la parité sont posées avec acuité. Et au-delà de la question très médiatique de la lutte contre la corruption, c’est celle de la réforme de l’Etat, de l’administration, des collectivités locales qui est posée.
Les limites de la victoire de la gauche ne sont pas à rechercher dans une absence de radicalité au sens classique du terme, le toujours plus dans les revendications. La coalition qui incarnait la gauche de la gauche, Révolution Civile, plafonne à 2 % et n’aura aucun élu dans les assemblées.
Structurellement faibles dans la péninsule, parce que leurs thématiques et notamment celle du nucléaire ont été repris par le reste de la gauche, les écologistes politiques sont allés dispersés à cette échéance. Certains étaient partie prenante de l’expérience de Révolution Civile.
D’autres, avec Monica Frassoni, ont rejoint la formation SEL (sinistra ecologia liberta ) créée par le président de la région des Pouilles Nichi Vendola qui est partenaire du PD et entend tirer la coalition vers la gauche . . Avec 3 % il devrait avoir 7 sénateurs et de 20 à 30 députés.
Nouvelles élections ou tentatives de compromis entre partis au sénat avec le risque de confusion qui en découle… il est trop tôt pour le dire.
Patrick franjou
photo Creative Commons par Yellow.Cat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je veux
être tenu-e informé-e