| A la Une | Actualités | Communiqués

Le président des riches au chevet du 1%

Alors qu’Emmanuel Macron rencontre aujourd’hui une ribambelle de chefs d’entreprises à Versailles, et que le forum de Davos débute demain, le Président ferait bien de profiter de la soirée pour se pencher sur le rapport publié par Oxfam.

Depuis le début du quinquennat, Europe Écologie Les Verts n’a eu de cesse que de fustiger les politiques économiques de ce Président des riches, qui, sous couvert de discours égalitaires, a favorisé les plus fortunés de la start-up France.

L’écart grandissant entre les plus pauvres et les plus riches est moralement inacceptable, coûteux économiquement, dangereux socialement et menace à terme l’équilibre de nos sociétés. Car derrière ces chiffres, il y a bien sûr le quotidien d’individus, de plus en plus nombreux, qui subissent les politiques du gouvernement de plein fouet : le nombre de personnes en situation de pauvreté a augmenté de 1,2 millions de personnes en 20 ans. Parallèlement, les 10 % les plus riches détiennent plus de la moitié des richesses nationales.

Au niveau mondial, l’OCDE et le FMI ont également dénoncé une situation qui menace la prospérité de tou-te-s. Il est intolérable qu’en 2017, 82 % de la richesse créée ait profité aux 1% les plus riches. Que la fortune des milliardaires ait augmenté de 762 milliards, “soit sept fois le montant nécessaire par an, pour sortir de l’extrême pauvreté les personnes qui en sont touchées”, comme le souligne le rapport publié par Oxfam. Le forum de Davos, dont le thème est “créer un avenir commun dans un monde fracturé” signale que la prise de conscience est actée et doit désormais sonner le glas de politiques inégalitaires et d’un système économique malade.

Cette situation exige des mesures responsables et ambitieuses, de la coopération internationale et non de simples discours : c’est le combat que mènent les écologistes depuis des décennies, notamment à travers le travail d’Eva Joly. Ce travail de réforme doit être entrepris tant au niveau des entreprises qui doivent rationaliser leurs bénéfices et être responsables de leurs filiales , qu’au niveau des décideurs publics qui sont responsables de la répartition des richesses, et non du bien-être d’une minorité à cajoler à coups de suppression d’ISF et autres baisse d’impôts sur les multinationales.

Nous devons construire un système économique et fiscal à la hauteur de nos valeurs. En ce sens, les écologistes se joignent à l’ONG Oxfam et demandent au président la mise en place d’une véritable loi de lutte contre les inégalités.

Julien Bayou et Sandra Regol, porte-parole

Rapport Oxfam : Partager la richesse avec celles et ceux qui la créent
Signer la pétition et exiger une véritable loi de lutte contre les inégalités