| Communiqués

Mise au point suite à l’article de Marianne2 « La face cachée de l’accord Hollande-Duflot »

L’article de Marianne 2 sous-entend qu’Europe Ecologie-Les Verts aurait conclu un accord avec le Parti Socialiste pour éviter la « faillite » du mouvement. Ce n’est ni un mystère ni un secret que les finances des Verts puis d’Europe écologie les Verts sont limitées , en particulier depuis nos résultats à la présidentielle et aux législatives de 2007. Cet article se fait ainsi l’écho d’une interprétation volontairement biaisée d’un document interne d’Europe Ecologie Les Verts soumis au conseil fédéral des 17 et 18 septembre. Au contraire de ce que l’article indique, cette motion « Finances » démontrait que le fonctionnement du mouvement ne dépendait en aucun cas de la signature d’un accord législatif : en se présentant en autonome dans les 577 circonscriptions, et en faisant un score moyen de 6 %, Europe Ecologie Les Verts assurerait non seulement son fonctionnement mais le remboursement de ses emprunts. Ce score de 6 % est tout-a-fait réaliste compte tenu des derniers  résultats réalisés par Europe Ecologie Les Verts aux Européennes (16,3 %), aux Régionales (12,2 %) et aux Cantonales (12,5 %). Tout-au-long de la négociation de l’accord et à plusieurs reprises, j’ai rappelé que nous n’avions pris aucun engagement que nous n’aurions été en capacité d’honorer sans accord. Les questions financières n’ont d’ailleurs jamais influencé les décisions de signer ou non un accord avec le Parti Socialiste. En 2007, alors que la situation financière était encore plus fragile, Cécile Duflot, déjà secrétaire nationale du mouvement, et le CNIR de l’époque avaient refusé de signer l’accord avec le Parti Socialiste pour les législatives, conduisant le mouvement à réduire ses moyens de fonctionnement, et à réaliser un plan de 8 départs volontaires sur les salariés du siège.

Europe Ecologie – Les Verts subit certes en ce moment des tensions de trésorerie, du fait d’un financement public limité à 1,8 million d’euros contre 23 millions pour le Parti Socialiste, et 35 pour l’UMP. Mais les informations signalées dans l’article de Marianne2 sont erronées : il n’y a jamais eu de retard dans le paiement des salariés du siège, et les salaires ont été versés normalement les 28 juin et 27 juillet 2011. Les tensions viennent notamment d’un déséquilibre entre les ressources du secrétariat national et celles des régions, l’organisation d’Europe Ecologie Les Verts étant fédérale. Le mouvement au global a présenté un résultat positif en 2010. Par ailleurs, comme le rappelle l’article, un prêt d’1,5 million d’euros a été accordé par le Crédit Coopératif et doit être débloqué d’ici une quinzaine de jours, assurant un fonctionnement plus serein au secrétariat national sur l’année à venir. cette promesse de prêt est en attente depuis un an et ce délai considérable de notre banque fragilise la situation. L’endettement bancaire du parti avant ce prêt est très faible, et l’essentiel de son endettement est interne, sous forme d’un emprunt du secrétariat national auprès des régions qui, elles, sont en situation financière très saine (926 000 euros de résultat positif en 2010) du fait notamment des bons scores réalisés par Europe Ecologie les Verts aux élections régionales 2010. Il n’existe donc aucun risque de cessation de paiement puisque c’est auprès de ses propres structures que le secrétariat national est endetté.

Eva Sas

Trésorière d’Europe Ecologie Les Verts

6 réflexions au sujet de “Mise au point suite à l’article de Marianne2 « La face cachée de l’accord Hollande-Duflot »

  1. Que nous reproche-t-on? de moins grever le budget de l’Etat que le PS? C’est un comble en période de « crise » non? après 2007 il y a eu le scandale des financements des micro-partis (de droite) , soulevé à grand dam par Marianne. Chez nous, rien de tout çà. Il s’agirait que la presse se remette en question, et découvre elle aussi une autre façon de fonctionner. A moins qu’il soit devenu monnaie courante de ponctionner le porte-monnaie public au détriment du citoyen par tous les moyens ? A croire que les seules valeurs reconnues en politique ne sont pas les idées, les engagements bénévoles mais que ce soit des valeurs « bancables »? Marianne me déçoit beaucoup sur ce coup-là et je m’interroge sur sa logique.

  2. Bonjour

    Merci pour ces précisions bien étayées. Afin de définitivement clore le débat, de montrer votre saine gestion et votre volonté de transparence, voudriez-vous svp publier le dernier rapport de vos commissaires aux comptes sur les comptes d’ensemble du mouvement ?

    D’avance merci,
    O.F.

  3. M2 et Marianne se sont fait une spécialité de publier des articles en ratissant large, chacun se faisant son idée à partir de ce pluralisme.
    Sous réserve qu’il y ait pluralisme.
    En matière d’écologie, c’est pas terrible, j’apprécierais des articles de gens compétents comme Jean Louis Etienne, ou des scientifiques (indépendants si cela existe) sur les énergies renouvelables ou sur l’eau ou l’agriculture ou les déchets etc..
    Le seul qui prenne clairement position c’est Perrico Légasse contre la malbouffe, contre l’agriculture industrielle.
    Je ne suis donc pas étonnée par un article qui ne fait aucune analyse de fond ( à charge ou à décharge) du programme d’EE les Verts, mais qui essaye de déconsidérer l’écologie en l’attaquant sur un problème financier.
    Manière de dire que tous les autres partis politiques sont estimables, mais que les écologistes sont des gens bassement matériels qui vendent les voix de leurs électeurs pour de l’argent et des circonscriptions.
    Bien entendu, dans les autres partis politiques , aucun candidat ne songerait à de pareilles bassesses…

  4. Bonjour

    « Que nous reproche-t-on? de moins grever le budget de l’Etat que le PS? C’est un comble en période de « crise » non? »

    Ceci est un autre débat l’article ne parle absolument pas de ça mais bien d’un EVENTUEL défaut de trésorerie sans accord avec le PS…

    « Manière de dire que tous les autres partis politiques sont estimables, mais que les écologistes sont des gens bassement matériels qui vendent les voix de leurs électeurs pour de l’argent et des circonscriptions. »

    Je pense que vous avez vu trop de lignes entre les lignes…

    Toute cette énergie (renouvelable espérons le) pour si peu de choses… les partis politiques tombent dans les pièges de la presse…
    Recentrez-vous le débat n’est pas là!

    Cordialement.

  5. J’avais déposé hier soir un commentaire en réaction à la dernière phrase de cet article : « … une parole écologiste forte au sein du Parlement, qui ne sera pas soumise aux aléas des petits calculs politiciens qui semblent aujourd’hui prévaloir au Front de Gauche. »
    Ce commentaire, présent dans un premier temps, a été dépublié par le modérateur, car jugé probablement trop ironique, trop caustique probablement.
    J’espère avoir une réponse à cette dépublication.

    Dans cette attente, je réitère mes propos :
    « Nous faisons de la politique autrement », j’entends souvent celà dans les médias, dans la bouche des dirigeants et élus eelv (députés, sénateurs, )… « Chez nous, pas de petits calculs politiciens ».

    Les derniers jours nous ont montré qu’il n’en est rien : les accords sur les circonscriptions ont primé et contribué à détricoter l’accord programmatique avec le PS. Les militants de base sont attachés à des orientations claires, intangibles, quand les négociateurs privilégient les postes … en maintenant cette dépendance vis à vis du PS, et en sacrifiant au passage la campagne d’Eva Joly.

    Non, eelv ne fait pas de la politique autrement : ses dirigeants négocient des parachutes dorés sous les dorures de la République, élus une année et déjà candidats l’année suivante à l’Assemblée …

    Christophe Boisumeau
    militant eelv piriac (44)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je veux
être tenu-e informé-e