| Actualités

Moins de ketchup pour plus de viande ?

Ecologistes et végétariens

(texte publié le xx novembre par Libération dans une version réduite)

Nous sommes pour la plupart végétariens, sensibilisés à la nécessité de questionner l’impact global de notre alimentation, par rapport à la question de à la nécessité de nourrir 10 milliards d’humains demain, par rapport à la souffrance animale, soucieux de l’impact à l’environnement, aux équilibres territoriaux, au modèle économique, etcal de ce que nous mettons dans notre assiette. Certains d’entre nous n’ont pas encore franchi le pas mais réduisent leur consommation de viande, expérimentant eux-aussi ces regards incrédules qu’entraîne l’aveu d’un végétarisme, fût-il partiel et progressif.

Un récent décret sur l’alimentation dans les cantines scolaires a fait parler de lui. Il a en effet le mérite de revenir sur la mise à disposition systématique de ketchup, sauces diverses et sel sur les tables de nos enfants. Alors que le terme « malbouffe » est entré dans les dictionnaires, à l’heure où l’on regarde en famille « Super size me » et « Nos enfants nous accuseront »… oui, on peut se féliciter de ce petit pas. Mais à quel prix ?

Ce texte que nous incriminons, sous couvert d’améliorer la qualité nutritionnelle des repas, redéfinit comme source de protéines exclusives (« plat protidique ») viandes, poissons, oeufs ou abats ; et met en concurrence céréales et légumineuses (les fameux « légumes secs ») en suggérant leur consommation alternative.

Végétariens, nous savons bien que l’apport nutritionnel des protéines végétales n’a rien à envier à celui de la viande. Et si nous croquons des carottes, nous avons aussi pris l’habitude de composer nos menus autour de céréales et de légumineuses associées, qui nous fournissent des l’ensemble des protéines complètesnécessaires au bon fonctionnement de notre organisme.

Manger moins ou pas de viande, c’est meilleur pour la planète ! La FAO reconnaît que « l’élevage est un des premiers responsables des problèmes d’environnement mondiaux » et qu’il produit davantage de gaz à effet de serre (en équivalent CO2) que le secteur des transports. La production de viande, issue d’animaux nourris notamment aux céréales, est une aberration écologique. Déforestation, consommation excessive d’eau, mais aussi cultures céréalières intensives pour nourrir le bétail… il a ainsi été calculé que si la consommation de viande diminuait de 10 % dans les pays les plus industrialisés, c’est plus de 100 millions de personnes à travers le monde qui pourraient être nourries avec les céréales et légumes ainsi économisés.

Manger moins ou pas de viande, c’est meilleur pour la santé ! Obésité, maladies cardio-vasculaires… les épidémies modernes, dites « maladies du mode de vie » sont évidemment liées à l’alimentation. L’image du végétarien terne et anémié est loin. Ne pas manger de viande, c’est surtout voir son risque de développer un cancer réduit de 45 % (étude Université d’Oxford, 2009) et son espérance de vie augmenter de 6 à 10 ans (The food revolution, John Robbins).

Nous refusons de systématiser la viande dans les assiettes de nos enfants. Nous voulons avoir le choix. Celui de ne pas leur faire manger de viande, si telle est notre conviction. Celui de leur en faire manger, si telle est notre pratique, mais avec une exigence de qualité.

Il faut encourager les cantines à passer au bio, comme le préconisait le Grenelle de l’Environnement avec un objectif de 20 % de produits bios dans les cantines à l’horizon 2012 (nous en sommes actuellement à 2 %…). Il faut faire de nos enfants des gourmets, des gastronomes, profiter des manifestations comme la récente « Semaine du goût » non pour faire découvrir le hamburger ou la pizza mais pour promouvoir des menus équilibrés, riches, des assiettes de toutes les couleurs.

Signataires : Julie Nouvion, Conseillère régionale d’Ile-de-France; Jacques Boutault, maire du 2ème arrondissement, Paris; Mona Bras, Conseillère régionale de Bretagne, Union Démocratique Bretonne; Sophie Bringuy, Vice-présidente de la Région Pays-de-la-Loire en charge de l’environnement; Arnaud Caron, secrétaire régional EELV Picardie; Sylvain de Smet, Conseiller régional d’Ile-de-France; Natalie Gandais- Riollet, Conseillère fédérale EELV, spécialiste des questions d’alimentation; Wandrille Jumeaux, secrétaire fédéral des Jeunes Ecologistes,Valérie Labarre, Conseillère régionale de Champagne-Ardennes; Geneviève Lebouteux, Conseillère régionale des Pays-de-la-Loire; André Lefèbvre, Conseiller régional de Bourgogne; Mickael Marie, Président du groupe EELV au Conseil régional de Basse-Normandie; Yann Moreau, militant végétarien et écologiste; Anny Poursinoff, députée; Joëlle Remoissenet, Conseillère régionale des Pays-de-la-Loire en charge de la restauration collective; Marine Tondelier, Jeunes Ecologistes; Estelle Touzin, Conseillère générale du Loiret.

Soutiens : Franck Rolland, Fatna Lazreg, Lydia Labertrandie, Philippe Mussi, Philippe Chemla, Maxime Cabat, Carine Lorenzoni, Yolande Gacogne…

[Soutiens mis à jour sur http://julienouvion.fr/post/2011/10/31/Ecologistes-et-v%C3%A9g%C3%A9tariens]

4 réflexions au sujet de “Moins de ketchup pour plus de viande ?

  1. Bel article qui aborde avec tiédeur un problème que ce groupe politique devrait défendre avec beaucoup plus d’apprêté que quelques lignes ça et là histoire de calmer les végétariens convaincus et les militants de la cause animale, sans toutefois brusquer ces lobbies de l’agro-alimentaire chouchoutés par tous les partis politiques. Cette question du végétarisme doit être élargie à la place de l’animal, et surtout celui dit de « boucherie » dans notre société. Je ne comprends pas que votre parti, eu égard aux prochaines élections, reste éternellement muet quand aux questions sur la condition animale tels que : corrida, fourrières, chasse, pêche, cirques, foie gras, maltraitances, fourrure, étiquetage des produits carnés, transports d’animaux, Hallal, casher …. la liste est malheureusement bien longue.
    J’attends avec impatience votre programme, si vous en avez un, sur tous ces sujets. Il va sans dire que nos voix, de plus en plus nombreuses, iront au candidat capable de se positionner clairement sur ces thèmes.
    Une écolo déçue

  2. En total accord avec le commentaire de Dalila.

    Un grand bravo à Monsieur le Maire BOUTAULT pour les Mardis VG dans son arrondissement. Présentez-vous à la Mairie de Paris!!!

  3. Personne chez ces élus ne participe aux manifestations de défense animale, et il n’y en a aucun de végétarien! Ils commencent seulement à se rendre compte des avantages à ne pas comsommer de viande. Mais suite à l’insistance et la recommandation des associations depuis des années. Car ce n’est pas leur parti respectif qui peut les avoir sensibilisés!
    Il n’y a qu’un seul mouvement d’écologie politique en France qui propose des mesures concrètes car alternatives, c’est l’Alliance Ecologiste Indépendante. Le leader (Jean Marc Governatori) est lui un réel végétarien, naturopathe et animaliste.

  4. En complément du commentaire de DALILA, la liste pourrait comprendre en tout premier les terribles conditions d’élevage et d’abattage industriels (hors bio) générée par une écomomie qui a tout fait pour pousser à la consommation exagérée de viande pour en tirer profit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je veux
être tenu-e informé-e