NDDL :
un aéroport
inutile
et cher

Quel est le problème?

Les écologistes forment le vœu que cette décision raisonnable et courageuse acte un précédent décisif : que le développement économique ne soit pas mené contre l’environnement ou le vivant ou encore contre l’assentiment de la population, comme c’est trop souvent le cas.

 

Quel sont les arguments?

  • Quel avenir pour la ZAD ?

    Les écologistes demandent une période de gel de la redistribution institutionnelle des terres, afin qu’elles continuent à être prises en charge collectivement par celles et ceux qui s’étaient battus pour elles. Nous refusons toute expulsion de celles et ceux qui sont venus habiter ces dernières années dans le bocage pour le défendre et qui souhaitent continuer à y projeter leurs vies et leurs activités. Il est essentiel de préserver et faire vivre les patrimoines naturels et agricoles exceptionnels de cette zone, dans la logique de l’agriculture paysanne respectueuse de l’environnement.

  • Quelle ampleur de la saturation?

    L’aéroport de Genève a une taille équivalente à Nantes-Atlantique, ne possède qu’une seule piste et accueille pourtant 16 millions de passagers par an. En un an, il compte 170 000 mouvements d’avions commerciaux (décollages et atterrissages), contre 48 000 pour Nantes.
    Selon les experts, une seule piste de 2,9 km de long serait suffisante, même pour 9 millions de passagers. Ils estiment possible de réaménager Nantes-Atlantique en rénovant la piste et en créant un nouvel aérogare.
  • La question des nuisances sonores

    Aujourd’hui, 4 000 personnes sont dans le réel périmètre de gêne sonore (contre 20 000 à Toulouse). Les avions modernes sont moins bruyants. Et comme les aéroports attirent activité et logements, la construction d’un nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes aurait augmenté le nombre de victimes.

  • L'enjeu écologique

    La construction du nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes aurait causé la destruction de 1 200 hectares de zones humides, qui contribuent à améliorer la qualité des eaux en les dépolluant, assurent une fonction d’éponge en limitant les effets des inondations et des sècheresses, qui stockent du carbone et constituent des réservoirs de biodiversité.

Dernières actualités

à voir aussi

Photos libres de droits