| communiqué européen | Newsletter | Parlement européen

PAC : la droite au Parlement européen sert la soupe à l’agro-industrie

La commission Agriculture et Développement rural du Parlement européen (PE) vient de voter la réforme de la Politique agricole commune (PAC). Au lieu d’améliorer la proposition de la Commission européenne, elle a sabordé les mesures les plus importantes, celles soutenues par les citoyens qui se sont exprimés lors de la consultation publique organisée en juin 2010. Tous les eurodéputés Verts membres de cette commission ont voté contre les quatre rapports mis au vote.

José Bové, vice-président de la commission Agriculture du Parlement européen a estimé après le vote :

« Nous souhaitions une réforme de la PAC, or nous avons le maintien des avantages acquis. La mesure phare de la rotation des cultures proposée par le groupe des Verts/ALE a été balayée d’un revers de main. C’était pourtant le seul moyen de rompre avec l’agriculture industrielle, de réduire l’utilisation des pesticides et de stopper la dégradation des sols. Elle aurait permis de réduire les importations de soja d’Amérique et de rééquilibrer l’ensemble des échanges agricoles sur la planète. Elle est remplacée par des mesurettes soit disant vertes, qui n’auront aucun impact réel et bénéfique pour l’environnement. Qui plus est, les Etats membres pourront choisir les mesures les moins contraignantes. L’industrie des pesticides et des engrais de synthèse peut sabrer le champagne.

L’enveloppe du développement rural va être réduite drastiquement. Ce sont les aides pour l’installation, le soutien à des projets collectifs, l’aménagement des zones rurales qui sont sacrifiées. Dans le même temps, l’argent public permettra de cofinancer des assurances privées pour soutenir les plus gros producteurs en cas de chute des cours. On croit rêver.

Mais la goutte qui fait déborder le vase c’est la mise en place d’un soit-disant plafonnement des aides. Les grandes exploitations, en particulière céréalières, dont la rentabilité est dopée depuis 5 ans par des cours mondiaux particulièrement élevés, vont encaisser une gratification qui peut aller jusqu’à 300 000 euros. La proposition du Groupe des Verts/ALE d’abaisser ce seuil à 100 000 euros n’aurait affecté que 30 000 exploitations en Europe alors qu’il y a 13 millions de paysans. Cette proposition aurait permis de récupérer près de 7 milliards d’euros qui auraient ensuite pu être utilisés afin de soutenir l’agriculture familiale, développer et renforcer d’autres politiques européennes comme la formation des jeunes, l’aide au plus démunis, la lutte contre le réchauffement climatique.

Le maintien de cette aide de 300 000 euros en plénière serait une injure faite par les députés à tous les européens et les européennes,frappés par le chômage, et par les mesures drastiques d’austérité. J’espère que mes collègues des autres commissions parlementaires, moins soumis au lobby de l’agro-business, auront un sursaut de conscience et imposeront un plafonnement à 100 000 €. Sur ce point, je demanderai un vote par appel nominal pour que chaque électeur sache qui défend quoi au Parlement européen. »

– Voir aussi l’explication VIDEO de José Bové en cliquant sur le lien : « Les grands objectifs de la PAC vont être détruits »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je veux
être tenu-e informé-e